Blog

Une très belle surprise : WATTSON AUDIO Emerson « Analog » & « Digital »

  |   Non classifié(e)   |   1 Commentaire

Sur un marché plus que concurrentiel, où il ne se passe pas un mois sans que des nouveautés essayent de se frayer un chemin dans cette grande arène de la Haute-Fidélité, se distinguer est une gageure.

 

Pensez-vous, comment les passionnés du beau son – aussi nombreux soient-ils – peuvent-ils s’y retrouver face à cette abondance de propositions ?

 

Le monde des streamers, des streamers / DAC, avance vite. A l’image des DAC, il ne se passe pas généralement 18 mois avant qu’une nouvelle génération en vienne à chasser la précédente …

 

Certes, le plus souvent, des améliorations sont perceptibles. Mais il y a un hic. Les tarifs le plus souvent progressent tout autant.

 

Comment donc tirer le bon grain de l’ivraie, tant les choix qui vous sont proposés, sont pléthores ?

 

 

Disons-le clairement, nous avons parfois la chance de découvrir de vraies exceptions qui viennent éclaircir l’horizon dans cette quête qui seraient la plupart du temps incessante.

 

 

 

Quand cette découverte permet de joindre à la performance sonore, un look « passe partout » (vous découvrirez plus bas ce que nous entendons par là) et un prix qui reste encore accessible, il ne nous faut pas longtemps pour aguicher nos babines audiophiles. Pour un peu, nous en baverions presque de plaisir. Mais alors, attention au nettoyage des parquets !

 

WATTSON AUDIO est une toute nouvelle phalange créée en Suisse.

N’allez pas croire qu’une toute jeune entreprise ne soit pas capable de s’entourer de talents et d’une expérience cumulée dans la HiFi à faire pâlir d’envie bien des concurrents.

Car WATTSON AUDIO a su réunir des compétences et profiter de l’expérience d’une des meilleures marques de HiFi Suisse.

 

Il n’est donc pas besoin de dire, que WATTSON AUDIO, c’est du sérieux et du tangible.

Mais ce tangible est inversement proportionnel à la taille du Streamer / DAC qu’il vous propose.

 

 

Ne soyez surtout pas effrayé(e) par la petite taille de l’Emerson Analog ou Digital, car, comme nous allons le voir, cette petite boite usinée dans un bloc d’aluminium massif est une remarquable machine à tous les points de vue.

WATTSON AUDIO vous laisse simplement le choix de l’appareil que vous souhaitez utiliser.

 

 

 

Vous recherchez un simple Streamer que vous allez relier à votre DAC préféré. Pas de problème. L’Emerson digital saura vous accompagner aussi loin que vous le désirez.

 

 

Vous souhaitez opter pour une solution tout-en-un ?  L’Emerson Analog est fait pour vous et va vous combler de manière étonnante d’un point de vue musical.

 

 

 

Mais dites-nous, un streamer, n’est-ce pas d’abord une application pour le faire fonctionner ?

Vous avez tout à fait raison.

Cela tombe bien car l’application WATTSON MUSIC, qui peut être utilisée sur Apple et qui sera bientôt accessible sur Androïd également, est d’une simplicité déconcertante à démarrer et à utiliser. Tout ici à été conçu pour être plug & play. 2 minutes d’installation, top chrono, et voilà une application simple mais complète qui sera toute dévouée à vos ordres. Il vous suffira de relier votre Emerson à votre système HiFi préféré et en avant la musique.

 

 

 

Vous l’aurez deviné.

 

Nous avons adoré l’Emerson. Dans ses deux versions.

 

 

Nous allons maintenant vous expliquer pourquoi.

 

 

 

L’écoute de l’Emerson est à la fois étonnante et agréable d’emblée.

Ce qui titille nos mirettes auditives immédiatement, dès les premières mesures, c’est sa capacité à délivrer un message tout en sérénité, quel que puisse être le message musical que vous écoutez. L’Emerson ne vous donnera pas l’occasion de connaître la moindre aspérité à son écoute. Il possède un talent pas si commun que cela à arrondir les angles, à apporter une suavité audible, même sur des enregistrements qui sont pourtant durs.

Oui, vous l’aurez compris, la signature sonore de l’Emerson se rapproche vraiment du monde analogique, sans esbroufe mais avec une finesse générale et un délié sur les enregistrements qui est la bienvenue. Cette douceur de restitution ne doit pas vous faire croire qu’il n’est pas capable d’apporter une image fougueuse lorsqu’il le faut. L’Emerson est apte, en toute circonstance, à s’approprier chaque enregistrement et de lui apporter du réalisme à chaque instant, mais sans excès ni crispation.

 

 

Ce qui nous vient immédiatement à l’esprit ensuite, c’est la restitution plutôt mate de l’Emerson. C’est un trait de caractère que l’on retrouve le plus souvent sur des appareils concurrents beaucoup plus onéreux. Et c’est un critère qui doit attirer particulièrement votre attention car c’est un atout majeur au sein de nos espaces d’écoute personnels dont il faut reconnaître qu’ils sont aussi modernes qu’ils peuvent être réverbérants.

Si la correction acoustique vous parait trop inaccessible ou trop onéreuse bien qu’elle ne soit  pas à votre goût, opter pour une source offrant une matité d’écoute peut constituer une solution réellement intéressante.

Car, il pourrait être une solution efficace et élégante à cette question et surtout, vous redonnera un plaisir à l’écoute de vos enregistrements préférés.

 

Mais si l’Emerson est vraiment à placer en tête de liste, ce n’est pas pour cette seule raison.

 

 

L’Emerson, ce qui ne gâche rien, est capable de donner vie aux enregistrements sans en faire trop. Les dimensions d’écoute sont réalistes, les timbres sont équilibrés et crédibles. Les plans sonores ne sont certes pas d’une résolution extrême mais sont en tout point conformes à ce que vous pouvez écouter et ressentir en situation de concert. Il n’en fait pas trop, tout simplement, et pour nous c’est un critère déterminant.

Ce d’autant que l’Emerson ne manque ni de matière ni de densité au niveau des instruments et des interprètes à son niveau de prix.

 

 

Les deux albums de London Grammar sont joliment mis en œuvre par l’Emerson.

Les réverbérations apparaissent de manière, sobre, naturelle et la voix d’Hannah Reid est charnelle et enjôleuse comme il se doit. Il faut noter que l’Emerson fait preuve d’une douceur et d’un velouté de bon aloi sur les fréquences médiums /aigus, ce qui contribue à une écoute exempte de dureté. Nous avons ici une restitution de belle facture. L’Emerson n’en met pas plein la vue mais nous distille un parfum sonore délicat, équilibré, tout en restant tonique.

 

 

Youn Sun Nah conforte cette impression que l’Emerson est capable d’apporter une réelle incarnation naturelle aux voix humaines. Il y a ici cette fraîcheur des intonations de la chanteuse et un suivi mélodique de la voix qui contribue à une présence bien réelle de l’artiste. Le registre des médiums est ici encore, tout en subtilité. Le délié et l’intelligibilité de l’enregistrement permet de se régaler de la belle prise de  son qui met si bien en valeur l’artiste.

 

 

Roberto Alagna dans les pêcheurs de perles de Georges BIZET est tout aussi crédible. Dans le fameux air « Je crois entendre encore », nous sommes conquis par la chaleur de la voix et nous buvons littéralement le suivi mélodique. Nous ressentons au plus profond de nous même l’émotion transmise par le ténor. Bravo !

 

 

L’écoute de « Hell freezes over » par Eagles nous plonge sans effort au cœur de cet enregistrement où les morceaux en Live se succèdent et nous permettent de confirmer le caractère somptueux et vivant de l’Emerson. Tout est à sa place au niveau tridimensionnel et l’aération de l’enregistrement est ici bien restitué.

 

 

 

Le Magnificat de Kim André ARNESEN n’est pas l’œuvre la plus facile à restituer pour un Streamer. La prise de son est exemplaire et on a toujours l’impression d’écouter cet enregistrement de la meilleure des manières. Et pourtant, cette impression est trompeuse.

La prise de son est d’une si belle qualité, qu’il n’est pas rare de perdre une bonne partie des informations si la source n’est pas à la hauteur. Nous vous donnons un exemple précis : la cantatrice est installée pour les besoins de l’enregistrement sur une table, donc en hauteur par rapport au chœur. Croyez-nous sur parole, nous connaissons pas mal de Streamers avec lesquels vous ne serez pas capable de l’entendre. L’Emerson nous représente cette situation plutôt bien, ce qui est une belle performance pour cet appareil dont le prix est mesuré.

 

 

Organ Music Before Bach est un enregistrement très « casse-gueule » également.

Pour restituer le caractère physique de l’orgue apprivoisé par Kei Koïto, mais aussi pour en entendre toutes les subtilités harmoniques, il faut un streamer et un DAC ayant une belle probité sonore. Le plus souvent, on a l’un de ces deux caractères et pas l’autre. L’Emerson nous offre ici un ressenti, encore une fois qui ne vise pas le spectaculaire, mais privilégie l’émotion et vérisme de la restitution. Nous avons ici un orgue bien restitué et qui se déploie dans des perspectives très crédibles et agréables. Que demander de plus ?

 

 

 

La symphonie du nouveau monde de DVORAK, interprété par Georg Solti ne vient en aucun cas modifier nos impressions. La scène orchestrale est parfaitement campée par l’Emerson et nous percevons sans peine le pupitrage de l’orchestre où chaque groupe d’instrument se trouve naturellement matérialisé. L’aération et la densité de l’orchestre sont bien présent et l’on ressent les proportions de la salle de manière transparente et réaliste.

 

 

Il en est de même avec la 8ème symphonie d’Anton BRUCKNER interprétée par Pierre BOULEZ. La scène est tout aussi vaste que naturelle. Les tutti sont délivrés sans faillir par l’Emerson qui n’a aucune difficulté à accompagner cette partition riche et touffue.

 

 

L’Emerson Analog est doté d’un DAC de très bonne facture. Il constitue une solution élégante et complète pour que vous puissiez profiter de votre bibliothèque digitale sans vous poser la moindre question surtout au regard de son prix d’achat.

 

L’Emerson Digital constitue aussi un Streamer seul qui, s’il est bien accompagné par un DAC de qualité, vous accompagnera à un niveau que vous ne soupçonnez pas. Nous l’avons testé notamment sur notre ROKNA Wavelight et autant vous dire que nous n’avons pas été déçus !

 

 

Car globalement, il faut bien l’avouer, au prix public de 1499,00 €, que ce soit le modèle Analog ou digital, on est en droit de se poser de belles questions sur ce qu’offre certains concurrents plus onéreux.

 

 

Mais ce n’est pas tout.

 

WATTSON annonce pour début 2021 une alimentation externe qui va propulser nos deux Emerson a des niveaux de qualité sonore encore bien supérieurs.

Selon les tests qui sont en cours chez les concepteurs, le gain musical est impressionnant et vient faire de l’ombre auprès de concurrents deux fois plus onéreux.

 

 

Petit, musical et ouvert sur l’avenir, le WATTSON Emerson pourrait bien devenir votre compagnon préféré pour pas mal de temps. Et vous auriez bien raison.

 

 

N’hésitez pas à venir l’écouter dans l’un de nos deux points d’écoute (Loire ou Isère).

 

 

 

Spécifications techniques :

Connectivité
Entrée dans le réseau : Ethernet 100 Mbit/s
Sorties numériques : 1x S/PDIF sur connecteur RCA et 1x AES/EBU sur connecteur XLR
Les résultats ANALOG : Connecteurs RCA

Restitution
Formats de compression pris en charge : WAV, FLAC, AIFF, ALAC, MP3, AAC, Ogg Vorbis, WMA
NUMÉRIQUE : PCM jusqu’à 24-bit 192kHz
ANALOG : PCM jusqu’à 24-bit 384kHz, DSD64
Protocoles de contrôle : UPnP/DLNA, compatibilité AirPlay, Roon Ready (bientôt disponible)
Services de streaming proposés par l’application Wattson Music : TIDAL¹, Qobuz², radios TuneIn

Caractéristiques électroniques
Solution propriétaire de streaming par Engineered SA
Circuit d’horloge et système de synchronisation innovants et très performants
Oscillateurs à très faible bruit de phase, < -135dBc/SQ(Hz) à 100Hz et < 50fs RMS jitter
Alimentation électrique à très faible bruit (< 1µV RMS 10Hz-100kHz)
NUMÉRIQUE :
– Sortie S/PDIF : 75 ohms, avec transformateur d’isolement
– Sortie AES/EBU : 110 ohms, avec transformateur d’isolement
ANALOG :
– Niveau de sortie (0dB FS) : 2,0V RMS
– Rapport signal/bruit, pondéré (SNR-A) : typ. 124dB
– Distorsion harmonique (THD+N, 0dB FS) : typ. 0,001%.

Caractéristiques mécaniques et électriques
Dimensions (L x P x H) : 4,1 x 3,4 x 1,5in, (104 x 87 x 38mm)
Poids NUMÉRIQUE : 371 g (0,82 lb)
Poids ANALOGIQUE : 0,85lb (387g)
Alimentation électrique : 5V DC, externe, qualité médicale
Consommation d’énergie : 1,5W (au repos), 2,5W (en cours de lecture)

 

 

 

 

1Commentaire
  • Laurent Carrot | Oct 24, 2020 at 11 h 14 min

    Trés content de mon investissement sur les conseils de Mr Solaret et ce en avant phase de vente. Dès ce printemps, il me parlait de la commercialisation de ce lecteur réseau qu’il avait pu écouter et qui l’avait charmé. Le résultat est à la hauteur. Pas de soucis sur les qualités produits malgré la petite taille.

Poster un commentaire