Blog

AURENDER ACS10 : et vive la numérisation audio

  |   Non classifié(e)   |   Aucun commentaire

Alors oui, nous l’avouons – mais profitez vite de cette confession que vous n’aurez pas souvent dans nos propos – nous aimons bien un peu (voire même un petit peu plus…) titiller nos lecteurs.

 

Non pas que nous soyons adeptes des prises de becs, mais reconnaissons-le, nous ne dédaignons pas susciter les débats.

Vous l’aurez remarqué sans doute.

 

Quoi de mieux pour étaler nos divisions, que de parler de l’audio numérique, n’est-ce pas ? Entre ses afficionados(das), et celles et ceux qui ne veulent pas en entendre parler, autant dire que l’encre n’a pas finit de couler. Entre les DAC, les Streamers, les NAS et consorts et tout un ensemble de dispositifs électroniques, il y a de quoi faire !

 

Puisque nous y sommes, autant y plonger la corde au cou.

 

 

L’AURENDER ACS10 constitue le milieu de gamme de la vaillante marque coréenne.

Mais ce qu’il nous offre, comme nous allons le voir, ce sont plutôt des prestations – et surtout un son – de haut de gamme.

 

 

On ne peut pas dire qu’AURENDER n’ait pas mis le paquet dan l’ACS10 : des composants triés sur le volet, une capacité de stockage très confortable et un ripper intégré. Et tout cela dans un même boitier.

 

Très ouvert sur l’extérieur, l’ACS10 permet très rapidement de l’écouter en chargeant vos meilleurs enregistrements sur les deux disques dur fonctionnant en raid. Un troisième larron en SSD, sert de buffer de lecture pour écouter vos fichiers avec la plus grande fidélité possible.

Bien sur, vos services de streaming favoris sont supportés par l’ACS10 et il faut reconnaître à AURENDER d’avoir, une fois encore, conçu un appareil très plug & play. Il ne faut en effet que quelques minutes pour que l’ACS10 soit totalement opérationnel.

 

 

Cet appareil est muni d’une base lectrice type CD-Rom destinée à lire et copier le contenu de vos CD sur le disque dur interne et tout cela de façon simple, efficace, rapide.

L’ACS10 prends en charge les “formats” FLAC, WAV, AIFF. Le PCM peut exploiter les fichiers 32 bits / 786 kHz, et DSD et DSD natifs.

 

Pour la connectique, vous pourrez compter sur «  ports Ethernet RJ45, 3 ports USB dont 1 port 3.0, 1 port 2.0 et 1 en face avant; laquelle comporte un très bel écran permettant de visualiser agréablement le contenu de votre lecture musicale.

 

L’intérêt de l’ACS10 réside dans toutes les fonctionnalités qu’il offre, au-delà d’un serveur AURENDER traditionnel. L’extraction de CD manuellement soit un disque à la fois, soit jusqu’à 100 à l’aide du chargeur automatique Nimbie USB en option, édition simple des métadonnées, mouvement simple de la musique pour gérer sa bibliothèque et bien d’autres fonctionnalités.

 

En plus des fonctionnalités susmentionnées, l’ACS10 fait entrer AURENDER dans le monde de l’audio multizone avec un stockage de musique centralisé dans un écosystème entièrement AURENDER. L’ACS10 peut héberger toute la musique et la diffuser vers d’autres composants AURENDER à travers son réseau.

 

 

 

La chose à retenir sur l’ACS10 est la simplicité. Habituellement, lorsque le nombre de fonctionnalités augmente, la complexité augmente également. Ce n’est pas le cas avec l’ACS10.

De plus, AURENDER a développé cette plateforme pour fonctionner 100% du temps sans avoir besoin d’un ordinateur traditionnel pour la configuration, la gestion de la musique ou même le chargement de musique sur le serveur. Tout cela peut être accompli via l’application AURENDER ACS Manager pour iOS.

 

Mais que vaut-il musicalement le bougre ?

 

 

La première impression qui se dégage à la première écoute de l’ACS10, c’est le caractère très serein de la restitution sonore, critère parmi lesquels nous sommes le plus attentif en matière de Haute Fidélité.

En effet cette sérénité d’écoute s’avère el plus souvent déterminante lorsqu’il s’agit de d’identifier le bon grain de l’ivraie.

 

 

A l’écoute de l’album « Awase » de Nik Bärtsch, la partition pourtant chargée de cet album est probablement une expérience que nous avons rarement atteinte en matière d’expression des sonorités. Cette musique passe ici avec beaucoup de finesse et permet de juger du degré de maîtrise de l’ACS10 sur toute la partie des basses fréquences.

 

Cette vigueur à apporter de l’énergie aux registres graves se trouve confirmé à l’écoute de l’album « Solar Energy » du Ray Brown Trio. La contrebasse apparaît ici, non seulement dans toute sa vigueur, mais la restitution de l’énergie de l’instrument est tout simplement somptueuse.

 

 

Ce qui vient tout de suite après, c’est la justesse sonore des timbres délivrés par l’ACS10 et sa capacité à restituer une ambiance sonore chaleureuse, propre à faire naître ces nobles émotions sonores que nous recherchons tous à l’écoute de nos enregistrements favoris.

 

 

C’est bien ce que nous avons ressenti à l’écoute de l’album « For Django » de Joe Pass ou bien encore de l’album « Noa and the solis String Quartet » de Noa.

 

Très adaptatif également, il n’a pas son pareil pour soutirer aux fichiers audio numérisés, ces petits détails qui apportent de la vie aux enregistrements, ou bien encore une emphase aux grands ensembles musicaux.

 

 

Il faut écouter en effet Léopold Stokowski et le Royal Philharmonic Orchestra / Chicago Symphony Orchestra dans ses interprétations des œuvres de Rimsky-Korsakov. L’image sonore est ici ample et puissante. Les couleurs harmoniques des orchestres sont franches et lumineuses. La palette orchestrale apparaît dans toutes ses nuances et la spacialisation très naturelle de l’enregistrement constitue un régal pour nos oreilles ébahies que l’on puisse obtenir une ambiance sonore aussi naturelle avec un fichiers numérisés par les soins de Qobuz par ailleurs.

 

A la fois doux et délicat quant il le faut, mais tout aussi enjoué et dynamique lorsque la partition ou l’enregistrement le nécessite, l’AURENDER ACS10 est un caméléon qui se prête bien volontiers à tirer la substantifique moelle de ce qui lui est confié, pour peu que le DAC que vous lui associerez, possède également ce moelleux inimitable qui le caractérise.

 

 

Prenez le regretté Chet Baker dans son album « Straight from the Heart », et écoutez le velouté de la trompette. Si, comme nous, vous allez à l’écoute du talent du trompettiste. Quelle sensation de présence et de proximité avec l’artiste !

 

Ecoutez encore l’album « Altissima luce » de Paolo Fresu, vous nous en direz des nouvelles…

 

Car à n’en pas douter, l’AURENDER ACS10 est non seulement un grand cru, mais sa dégustation musicale ne peut qu’enthousiasmer les palais mélomanes les plus délicats.

 

Ses capacités de stockage vous mettent à l’abri de tout manque de ce côté, surtout si l’on pense à la place imposante que suppose de posséder des fichiers audio en haute définition.

 

Cerise sur le gâteau, la montée en gamme, question fichiers audio, est particulièrement perceptible Déjà excellent sur des formats type 44,1 Khz, la finesse de restitution est particulièrement perceptible lorsque luis ont confié des formats en plus haute définition. Ce qui est remarquable, c’est que cette qualité de lecture ne se fait jamais au détriment d’un caractère analytique que l’on constate encore souvent au niveau de la concurrence.

Ce niveau de détail, justement, pousse encore plus loin une définition sonore qui reste soyeuse et raffinée. Tout gagne en qualité, que ce soit au niveau du respect des timbres ou bien encore au niveau de l’ambiance sonore qui gagne une présence qui nous rapproche de ce qu’il nous est donné d’entendre in vivo.

 

L’ACS10 est une phalange qui dépare à plusieurs titre dans ce monde de la Haute Fidélité où, souvent, les produits se suivent et se ressemblent furieusement.

 

Il n’en est point question ici. L’ACS10 est résolument original et différemment musical !

 

L’ACS10 n’est pas le Streamer le plus démonstratif que nous connaissons, et c’est bien heureux qu’il soit ainsi. Il ne fait pas dans le spectaculaire mais dans la justesse de restitution.

Il ne se veut pas tapageur ou outrancier. Il apporte simplement mais très joliment, un éclairage sonore qui mettra en valeur vos enregistrements. Et c’est bien ce qu’on lui demande en fait.

 

Superbement accompagné par l’application AURENDER qui reste l’une des plus complètes et l’une des meilleures du marché, l’ACS10 est une pépite dont la qualité de restitution sonore lui permet de tutoyer, ce qui ne gâche rien, des appareils encore plus onéreux qui ont été mis sur le marché, que ce soit parmi la concurrence ou bien encore face à la gamme AURENDER elle-même.

 

L’ACS10 est un excellent cru qui comblera vos babines audiophiles les plus exigeantes, nous n’en doutons pas.

 

 

SPÉCIFICATIONS ACS10

Dimensions et poids 430 x 96 x 355 mm, 12,3 Kg (avec 2 HDD) / 16,92 x 3,77 x 13,97 pouces, 27,1 lb
Matériel Aluminium usiné
SSD pour le système et le cache 240 Go (modèle 16 To), 480 Go (modèle 24 To)
Mémoire système 8 Go (modèle 16 To) / 16 Go (modèle 24 To)
Espace de rangement 16 To (8 To x 2) – Remarque: la configuration de stockage par défaut est RAID 1, qui est une matrice «en miroir», donc la capacité de stockage totale est divisée par deux. L’utilisateur peut éventuellement reformater les disques durs pour utiliser la pleine capacité des deux disques. Le modèle 24 To (12 To x 2) est également disponible.
Puissance Système entièrement linéaire et UPS (alimentation sans interruption)
Afficher Écran LCD IPS de 4,0 pouces
Sortie audio numérique USB Audio Class 2.0 – DoP (jusqu’à 256), NativeDSD (jusqu’à 512), PCM: jusqu’à 768 KHz / 32 bits
Entrée sortie USB 2.0 (x2), USB 3.0 (x1), lecteur de CD-ROM – CD-ROM d’extraction uniquement
Réseau Port de concentrateur LAN 1 Gbps (trois au total – un 2X isolé)
Pas de commentaires

Poster un commentaire