Blog

On s’emmêle les câbles : la suite. Câbles HP Van Den Hul CS-122 Hybrid et D-352 Hybrid

  |   Non classifié(e)   |   Aucun commentaire

Bon, nous n’avons pas la prétention de faire dans le « story telling » et de vous faire tenir en haleine jusqu’au prochain épisode ! Avant, bien sur, d’apporter une suite à ce second opus qui portera sur les câbles de modulation…

Vous avez suivi (c’est le mot) ?

Non ?

Et bien ne vous prenez surtout pas la tête avec ce dérapage verbal.

 

Plus sérieusement, notre propos ici est de vous présenter les câbles HP que nous recommandons dans la mise en place des systèmes plus modestes que nous proposons.

Une précision est nécessaire sur le terme « modestes » que nous utilisons ici.

C’est bien au niveau des prix proposés qu’il faut comprendre ce terme. Car sur la qualité des produits que nous commercialisons et leurs qualités musicales, nous restons viscéralement attachés à ne proposer que ceux qui se rapprochent de la vraie vie.

Qu’on se le dise, car nous sommes très susceptibles sur ce sujet. Non, mais !

 

Cela fait maintenant pas mal de temps que nous utilisons deux références issues de l’excellent manufacturier VAN DEN HUL.

 

Van Den Hul a renouvelé récemment une grande partie de sa collection de câbles audio.

 

Et pour être francs, nous avons été surpris par le bond qualitatif très important dont le constructeur a été capable.

 

Les câbles HP Van Den Hul CS-122 Hybrid et D-352 Hybrid étonnent d’autant que leur qualité de fabrication est inversement proportionnelle au prix demandé pour les acquérir.

 

Jugez en plutôt :

  • pour le D-352 Hybrid, le prix au mètre est inférieur à 34 €. Avec les terminaisons de votre choix, selon la longueur désirée (2 à 3 m), les prix oscillent entre 300 et 400 € la paire,
  • pour le CS-122 Hybrid, le prix au mètre est inférieur à 20 €. Avec les terminaisons de votre choix, et toujours selon la longueur désirée (2 à 3 m), les prix varient entre 250 et 300 € la paire.

 

Nous entendons tout de suite les réactions : à ce prix, on ne doit pas avoir grand chose (au niveau qualité musicale s’entend) !

 

Et bien détrompez vous !

 

Comme nous allons le voir, ces deux câbles HP ont de très honnêtes performances et ont ce qu’il faut pour faire pâlir pas mal de devanciers, même plus onéreux…

 

Mais faisons d’abord les présentations.

 

Aucun autre câble d’enceintes n’a reçu autant de distinctions que le CS-122 Hybrid, notamment qualifié par What HiFi comme « meilleur achat ».

Pas mal pour commencer, non ?

La qualité de fabrication, dans cette gamme des câbles pour enceintes , avec sa combinaison de brins en cuivre OFC recouverts d’argent, entourée d’une couche de LSC, le tout dans une gaine attrayante Hulliflex crème, est citée en exemple un peu partout dans le monde audiophile.

Mais ce sont les qualités et les textures sonores de bon niveau qui sont surtout cités en exemple. Les amoureux de beaux graves qui apprécient un haut niveau de détail, seront étonnés. Mais les lignes mélodiques des médiums et des aigus ne sont pas en reste.

Basé sur des matériaux de qualité, le Van Den Hul CS-122 Hybrid est capable de produire de belles performances à un prix des plus raisonnables.

Pour être clairs, nous connaissons peu de câbles, qui à ce prix, puissent dépasser ou égaler le CS-122 Hybrid !

Cela est d’autant plus remarquable que son utilisation est plutôt universelle et se prête de bonne volonté à pas mal de mariages possibles entre les amplifications et les enceintes acoustiques.

Une version bi-câblage est disponible sous la référence The Teatrack Hybrid.

Le CS-122 Hybrid possède une section de 2 x 147 brins de cuivre OFC de 0,16 mm recouverts argent + couche LSC; 2 x 2,96 mm2. Sa résistance : 0,58 ohm/100m ; sa capacité : 32 pF/m, sa dimensions : 16,5 x 6 mm

 

 

Oh la la, et maintenant, qu’est ce qu’ils vont encore nous sortir les fadas d’Audio design Sound pour le D-352 Hybrid ?

 

Eh bien, le Van Den Hul D-352 Hybrid est un câble HP dérangeant.

Vraiment !

Ce câble à conducteurs jumeaux, a beau être conçu pour offrir une transmission de haute qualité à un prix modéré, eh bien il marche vachement bien le bougre !

Déjà, rien que de voir sa qualité de fabrication , on se dit que chez Van Den Hul, ils ne se moquent pas du monde :

  • chaque conducteur est constitué de 296 brins de 0,15 mm de cuivre OFC recouvert d’un placage dense d’argent de grande pureté,
  • les deux conducteurs sont recouvert d’une couche de fibres de carbone (LSC) pour en augmenter les performances en transformant le champ magnétique émis en signal audio,
  • les conducteurs sont réunis dans une seule gaine Hulliflex de couleur brun métal assurant une excellente isolation et une bonne flexibilité avec un marquage tous les 25 cm,
  • le repérage des conducteurs est facilité par la forme de la gaine propre à chacun
  • la résistance de chaque conducteur est de 0,34 ohm/100m pour une section de 5,23 mm2
  • la capacité formée par la paire de conducteur est de 32,5 pF/m

Mais c’est à l’écoute que le D-352 Hybrid commence à poser question. Et pas qu’un peu… Il sonne de manière très équilibrée.

 

Car évidemment, il serait temps que nous vous donnions nos impressions comparatives, n’est-ce pas ?

 

 

S’il devait y avoir des points communs entre le CS-122 et le D-352, nous dirions sans hésiter que le raffinement, la résolution détaillée et les graves riches de ces deux câbles est évidente.

Bien sur, le D-352 Hybrid va plus loin que son petit frère au niveau des basses fréquences qui sont mieux maîtrisées. Il en va de même avec le registre médium qui est plus équilibré et les aigus globalement plus subtils.

Par contre, question célérité, ces deux câbles HP jouent non seulement dans la même cour mais proposent une extinction des notes qui est plutôt étonnante à ces niveaux de prix. Il en résulte une aération de la scène sonore qui est plutôt agréable, bien que le D-352 Hybrid paraîtra plus lumineux que son petit frère.

 

En termes de respect des timbres, le D-352 Hybrid tire bien son épingle du jeu et de belle manière, alors que le CS-122 Hybrid aura tendance, selon les électroniques qui seront mises en jeu, à apporter des timbres moins veloutés.

L’holographie est également plus structurée chez le D-352 Hybrid avec une impression de profondeur mieux mise en œuvre et une résolution sonore qui est plus précise.

 

Si vous recherchez un câble HP qui soit capable d’offrir une linéarité sur l’ensemble du spectre sonore, tout en gardant une réelle étoffe et de douceur dans les hautes fréquences, le D-352 Hybrid saura vraiment vous étonner.

Si votre recherche s‘oriente vers davantage de mordant quitte à sacrifier (un peu) l’équilibre global des fréquences sonores, le CS-122 Hybrid sera capable s’insuffler une dynamique et une présence des enregistrements qui sera la bienvenue sans verser dans la dureté.

 

Les harmoniques d’un piano seront restituées avec davantage de moelleux et moins de dureté avec le D-352 Hybrid, mais le CS-122 Hybrid restera néanmoins très respectueux des timbres.

Les percussions, ou bien encore les capacités dynamiques d’un enregistrement, pour peu que l’amplification soit transparente, pourraient vous plaire avec le CS-122 Hybrid.

 

Côté transmission d’énergie, le D-352 Hybrid apparaitra plus mesuré mais tonalement plus juste que le CS-122 Hybrid qui versera davantage dans la capacité à retraduire avec vigueur les transitoires.

 

Par contre aucun de ces deux câbles ne vous décevra lorsqu’il s’agira d’écouter à bas volume, les proportions sonores étant bien respectées à bas, comme à haut volume.

Comme nous l’avons effleuré un peu plus haut dans nos propos, vous n’aurez pas davantage de question à vous poser, question de la célérité, qui est remarquable à ces niveaux de prix. Cette capacité à réagir rapidement à un signal sonore pour ces deux câbles, contribue en tout cas au sentiment d’aération et d’extinction des notes qui apporte tant de relief à une écoute. On peut donc compter sur des écoutes dénuées de toute crispation et fatigue.

 

Si la scène sonore sera mieux restituée avec le D-352 Hybrid avec cette perception bien réelle d’avoir davantage de matière et de grain sur les voix et les instruments, le CS-122 Hybrid reste néanmoins agréable à écouter, même s’il faut convenir qu’il va moins loin que son ainé.

Vous l’aurez compris, avec le D-352 Hybrid, la restitution sonore sera plus charnelle, plus palpable.

Avec le CS-122 Hybrid, la restitution sera un brin plus dépouillée mais compensée par une impression de dynamique qui saura apporter de la vie à des maillons audiophiles en amont qui en manque justement.

 

Alors, bien sur, notre propos n’est pas de dire que ces deux beaux câbles (en tout cas à ces niveaux de prix) répondront à toutes les attentes. Mais en tout cas leurs prix sont parmi les plus honnêtes que nous connaissons actuellement par rapport à leur qualité sonore.

S’ils sont plutôt universels et peuvent être envisagés avec bon nombre de couplages d’enceintes acoustiques, il conviendra malgré tout de s’assurer qu’ils peuvent correspondre aux attentes de votre système, sachant que seules vos oreilles pourront en juger.

 

Mais pas de soucis, car nous serons heureux de vous les faire découvrir ou bien encore de vous les prêter pour une écoute sur votre propre système.

 

Mais attention, à les essayer, vous pourriez être vraiment surpris et de ne pas avoir envie de nous les restituer.

Pas de commentaires

Poster un commentaire