Blog

AUDIA Flight FLS Three S – Un amplificateur intégré très bien placé

  |   Non classé   |   Aucun commentaire

Nous n’hésitons jamais à explorer les catalogues de chaque marque lorsqu’ils recèlent plusieurs pépites.

C’est la raison pour laquelle, nous tenons à vous offrir note appréciation sur le « petit » intégré d’AUDIA Flight, le FLS 3S, après avoir porté notre attention sur son grand frère, le FLS 10.

 

Autant le dire tout de suite, le petit frère, hormis sa taille plus contenue, en impose autant que son ainé. 16,5 kg sur la balance, capable de délivrer 2 x 100 watts sur 8 ohms, une finition exemplaire. Il n’y a pas à dire, il présente bien le bougre !

 

Mais pour 2900 euros, qu’est-il capable de nous apporter ?

 

Bien sur, notre propos ne sera pas de le faire rivaliser avec son grand frère et pour cause, le FLS 10 fait partie sans conteste de cette classe des amplificateurs haut de gamme dont la monture nous emmène dans de très hautes cimes sonores.

 

Pour autant, le FLS 3S n’est pas ridicule au niveau de ses prestations.

 

On peut déjà aisément lui reconnaître la même filiation sonore.

Le son qu’il délivre est tout en finesse et en délicatesse. Mais il sait faire parler la poudre de manière énergique quand cela est nécessaire.

Il ne manque pas d’aisance dans la restitution sonore avec ses 2 x 100 watts lui permettra d’accompagner la plupart des enceintes acoustiques du marché sans ressentir la moindre peine.

 

Pour s’en convaincre, nous avons repris les mêmes enregistrements qu’avec le FLS 10 et nous ne manquons d’avoir été séduits avec l’enregistrement de Peer Gynt par Sir Neville Marriner. Cette douceur innée du FLS 3S permet une retranscription sonore qui reste toujours très équilibrée, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on le compare avec à la concurrence à ce niveau de prix. En effet, cet enregistrement plutôt très chargé question médiums et aigus, profite néanmoins d’une belle maitrise tonale de l’amplificateur. La dynamique, pourtant bien présente, ne vient pas masquer la capacité du FLS 3S à mettre en valeur les couleurs sonores de l’enregistrement. Le délié des instruments est plutôt étonnant pour ce niveau de prix, le FLS 3S étant capable d’un pouvoir de résolution et d’un étagement des plans sonores qui donne déjà un sentiment d’aération au niveau de l’orchestre.

 

Les voix sont portées avec un détourage et un niveau de précision des vocalises qui sont très agréables à l’écoute..

 

La tessiture de Julia Letzhneva et sa capacité à déployer sa voix n’est pas limitée par le FLS 3S. On peut apprécier à sa juste valeur la rapidité de réponse de l’intégré en suivant avec aisance les modulations et les envolées vocales de la soprano.

 

L’un des points forts du FLS 3S est de pouvoir apporter de la matière et de l’épaisseur aux enregistrements vocaux. Nous n’avons pas cette sensation de projection de la voix qui traduit une présence trop affirmée des médiums et c’est plutôt une bonne surprise.

 

Le saxophone d’Archie SHEPP offre une densité, une rugosité sonore et une restitution des harmoniques qui est plutôt bien rendue. Ce d’autant que le saxophone n’est aucunement projeté ou bien encore présente une quelconque agressivité. Vraiment pas mal ! Les détails de cet enregistrement nous sont restitués avec beaucoup de reliefs ce qui donne à l’enregistrement un sentiment de vie certain sans apporter d’agressivité.

 

Question graves, le FLS 3S n’en est pas avare.

 

Avec Master Of Chinese Percussion de Yim Hok-Man, l’énergie déployée est bien perçue. Alors certes, il serait malhonnête de prétendre que la concurrence n’est pas capable d’en faire autant, parfois même en offrant encore plus d’assise et d’énergie. Mais bien peu sont capable pourtant d’offrir un équilibre sur l’ensemble de la bande passante comme est capable de le faire l’Audia Flight FLS 3S. Le grave est ici bien présent mais sans déséquilibrée la restitution des médiums et des aigus. Et cela, nous aimons beaucoup car cela donne une restitution d’ensemble qui est très équilibrée, très fidèle, du message sonore.

 

 

Pour revenir à l’étagement des plans sonores, le point fort de l’Audia Flight FLS 3S, c’est sa capacité à nous apporter une résolution au niveau de l’holographie qui est agréable.

Les proportions sonores des enregistrement n’y apparaissent pas artificielles ou encore tronquées.

 

L’écoute de la 5ème symphonie de Malher par Riccardo Chailly est à la fois vivifiante et dynamique. Les pupitres de l’orchestre y apparaissent de manière fidèle et la densité sonore de l’œuvre est bien respectée. Nous ne prétendrons pas que l’holographie est la meilleure qui soit, mais à ce niveau de prix, l’Audia Flight se défend plutôt bien par rapport à ses devanciers.

 

Dans Spirit of The American Range, la finale de la 3ème symphonie de Copland est perçue de façon ample et dynamique. L’étagement des plans sonore y et bien restitué et le FLS 3S est capable de nous offrir une image sonore qui « ne se mélange pas les pinceaux » lors des tutti. C’est net, précis et sans cafouillages.

 

La restitution d’un Live ne présente pas plus de difficulté pour le FLS 3S.

 

Toujours cette belle présence de la scène sonore avec les Pink Floyd, ce qui dénote la capacité de l’Audia Flight FLS 3S à apporter ce côté vivant et enjoué aux enregistrements.

 

Question émotion, l’album Hallelujah Live avec Espen Lind, Alejandro Fuentes et Kurt Nilsen nous prouve que le FLS 3S est capable de transcrire l’immédiateté de la scène sonore sans avoir à se poser de questions. Cet album ne manque pas de vie il est vrai, mais il n’est pas toujours si facile pour un amplificateur de ne pas en faire trop justement. Ici, la brillance propre à cet enregistrement n’est pas mis en exergue par l’intégré et c’est quelque chose qui est assez remarquable à ce niveau de prix. Tout est en place sans projection excessive et sans avoir cette impression d’avoir une image un peu trop zoomée.

 

Il faut bien reconnaître que l’aisance du FLS 3S sur tous les registres (comme son grand frère d’ailleurs), en fait un compagnon des plus recommandable. Son respect des timbres sonores le place en tête des amplificateurs de ce niveau de prix.

A la lecture d’un album comme la symphonie n°6 de Bruckner dirigé par Simone Young, la restitution sonore reste bluffante et naturelle.

 

L’Audia Flight FLS 3S n’apparaitra pas comme l’amplificateur le plus expressif de sa catégorie, c’est clair, mais son image sonore en termes de fidélité est au dessus de ses concurrents.

 

 

L’album « Straight Live » par The Bassface Swing Trio, le naturel enjoué de l’enregistrement apparait nettement et donne un sentiment de spontanéité et de vie que bien des concurrents plus onéreux pourraient lui envier.

 

Son positionnement tarifaire est particulièrement intéressant. A ce prix, nous estimons que c’est une aubaine. La concurrence étant en effet capable de faire aussi bien (mais aussi moins bien) mais pour des tarifs beaucoup plus conséquents !

 

 

Comme pour le FLS 10, l’Audia Flight FLS 3S saura constituer un compagnon de route très fidèle en toutes circonstances. Avec lui, c’est encore la musique, rien que la musique, mais toute la musique.

Et pour quelques centaines d’euros de plus, vous aurez la possibilité de vous offrir une carte DAC qui est de bien belle facture, croyez-nous, ou bien encore une carte pré-phono qui est pas mal non plus. Ou bien encore les deux…

 

Un bien attachant intégré à ce niveau de prix que nous pouvons vous proposer avec les meilleures enceintes acoustiques et les meilleurs câbles qui lui sont associés.

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire