Blog

GRANDINOTE VOLTA – Au firmament sonore

  |   Non classé   |   Aucun commentaire

Nous adopterons dans le cadre de ce billet un ton direct.

 

La firme transalpine GRANDINOTE a été bien inspirée de transposer pour son seul lecteur réseau son concept Magnetosolid qu’elle a si bien développé dans ses amplifications.

 

A la fois DAC et lecteur réseau entièrement dédié à la lecture des fichiers audio mais – et c’est tout nouveau – vidéo, le GRANDINOTE VOLTA est une remarquable machine à tous les points de vue.

 

Outre que son installation au sein de votre système audio se fera le plus facilement du monde, son premier point d’étonnement réside dans sa capacité – à peine sorti de son carton et tout juste connecté à votre réseau et à une bonne amplification – de délivrer une restitution musicale de référence !

Car tout a été pensé pour tirer le meilleur parti de l’appareil. Regardez par exemple les pieds de l’appareil avec cette forme ronde qui minimise les points de contact avec le support et contribue à une bonne évacuation des vibrations.

 

Et tout au long de son rodage – il faudra compter environ 400 heures pour en tirer toute la substantifique moelle – cette sensation de faire face, non à un appareil, mais plutôt à un instrument de musique, se révèlera à vos oreilles.

 

Car il faut bien l’avouer, l’écoute d’un GRANDINOTE VOLTA sort des sentiers battus.

La comparaison avec un appareil similaire va être plutôt ardue. Il n’est pas certain que vous puissiez en trouver un équivalent, ou alors à un montant stratosphérique…

Ne cherchez pas davantage à savoir si la restitution sonore qu’il délivre est plutôt analogique ou analytique. Ce n’est pas dans ce cadre de référence qu’il faut le définir.

D’ailleurs, parler de sa capacité d’analyse n’est pas vraiment approprié. C’est plus volontiers de la notion de résolution musicale et de pureté sonore qu’il faut utiliser.

 

Naturel, le GRANDINOTE VOLTA, l’est plus que jamais.

Jamais outrancier, pas davantage démonstratif, il emporte pourtant l’adhésion lors de son écoute par sa capacité à délivrer un message sonore d’une beauté toute simple et pourtant magnifique car dénuée de toute artificialité.

 

Le grain qu’apporte le GRANDINOTE VOLTA sur quelque instrument de musique que ce soit, est tout juste d’un équilibre tonal rare et exceptionnel.

Il faut pouvoir entendre le frotter des cordes ou bien encore les harmoniques d’un instrument de musique pour comprendre que le VOLTA est capable d’apporter des détails insoupçonné aux enregistrements que l’on pensait connaître par cœur.

 

Très véloce, le VOLTA est capable d’accompagner toutes les inflexions musicales dans une partition comme la symphonie fantastique d’Hector Berlioz.

 

L’exécution des Tableaux d’une exposition de Modeste Moussorgsky est également un modèle du genre. Vif, dynamique, enlevée la partition exécutée par James LEVINE constitue un feu d’artifice sonore. Cela brille de mille feux, on est surpris d’entendre une multitude de détails dont nous ignorions l’existence. Et cela vie comme jamais !

 

A l’aise dans tous les styles musicaux, il adore les messages complexes et sait nous restituer une présence de façon équilibrée, comme avec les enregistrements de London Grammar ou d’Andy BEY.

 

Dans « Papiers d’Arménie » et plus particulièrement sur la plage « Hanané », la prise de son est une vraie révélation entre le doudouk, les cordes de la guitare et la voix de Dan Gharibian, la fusion est ici exceptionnelle. La rugosité du doudouk apparaît enfin crédible en termes d’harmoniques mais ne vient plus enfin recouvrir les cordes dont on perçoit bien plus nettement les frottés. Enfin la voix de Dan Gharibian nous est restituée avec des phrasés plus perceptibles, sans compter l’intonation de la voix qui nous apparaît avec une surprenante complexité.

 

Dans « Jazz Meet Symphony » avec Lalo SCHIFFRIN, la scène sonore se déploie de manière très ample. Mais jamais la fusion entre la contrebasse de Lalo Schiffrin et l’orchestre n’aura été à ce point parfaite.

 

Un live de Pink Floyd vous apportera une fraîcheur de restitution et une aération de la scène qui viendra accroître ce sentiment de naturel mais avec un surcroît de présence qui vous plongera encore mieux au sein de la scène sonore.

 

La lecture des enregistrements baroques va immanquablement vous surprendre. Ou est donc passé cette crispation que vous pensiez inévitable sur vos meilleurs enregistrements.

Cette acidité résiduelle ? Disparue ! Ce sentiment de rétrécissement de la scène sonore (engendrée par une trop grande présence des médiums et des aigus le plus souvent) n’est plus de mise. Et quel délié, quelle perspective sonore !

 

Un concert symphonique ne vous surprendra pas moins. Alors oui, si le niveau de définition n’est pas flagrant par rapport à certains concurrents, vous comprendrez très vite que ce n’est pas le VOLTA qui est en dehors des clous. Cette sensation et d’urgence du concert, jamais vous ne l’aurez ressenti ainsi. Tout est juste, proportionné, équilibré. Les instruments se fondent dans la masse orchestrale bien qu’il soit possible de les entendre distinctement.

Nous ne sommes pas «comme au concert ». Non. Nous sommes bien « au concert ». Et cela offre une qualité d’écoute hors norme.

 

Il faut voir de quelles attaques est capable le VOLTA, tranchant comme une lame de rasoir mais avec la plus grande finesse en termes de textures sonores.

Cette facilité est plus que flagrante à l’écoute de la 9ème symphonie de DVORAK par Sir Georg SOLTI.

 

Sa capacité à faire ressortir toutes les harmoniques de l’instrument sans induire d’entrelacements sonores est assez unique. Il faut voir le VOLTA en action lorsque lui est soumis un enregistrement comme sait nous le faire MUSIQUE EN SIENNE où les percussions s’expriment de manière très brute avec cette sensation d’avoir réellement des frappes exercées sur des peaux.

 

 

Vous trouvez qu’une fois encore nous en faisons trop ?

 

Eh bien vous faites erreur. Sur toute la ligne.

 

Le GRANDINOTE VOLTA est encore bien plus que cela, et à ce niveau de prix, une référence absolue.

 

Que dites vous ?

Il est possible de trouver mieux !

Assurément, mais nous vous souhaitons d’avoir des relations privilégiées avec votre banquier car la note risque d’être salée…

 

Le GRANDINOTE VOLTA n’est pas à la portée de toutes les bourses ?

C’est vrai, mais nous vous assurons qu’une fois en votre possession, vous n’aurez plus besoin de vous poser de questions pendant longtemps sur un éventuel successeur. D’autant que vous allez profiter d’une garantie de cinq belles années.

 

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

 

La question se pose-t-elle entre un Guarneri Del Gesù et un violon de série ?

 

Disons le tout net, avec un VOLTA, vous avez dans les mains un Guarneri Del Gesù. C’est tout.

 

Et vous savez le pire ?

C’est tout nouveau mais le VOLTA est tout aussi compétent dans la lecture des fichiers vidéo.

 

Alors avec un NAS d’exception (venez voir nos NAS INNUOS…), un ensemble HiFi de haut vol et cette belle source audio et vidéo vous allez simplement vous régaler.

 

Nous vous souhaitons une bonne dégustation.

 

Mais n’oubliez de vous dégourdir les jambes de temps à autre, histoire de vous extirper de la plus addictive fascination musicale qui soit.

 

Venez l’écouter dans notre agora musical et profitez des promotions exceptionnelles dont nous vous ferons bénéficier tout au long de l’été 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire