Blog

Et si vous preniez une solide pause ? TSAKIRIDIS AEOLOS et AEOLOS ULTRA

  |   Non classé   |   4 Commentaires

Pour ceux et celles qui nous connaissent déjà, autant vous dire que vous allez probablement soupirer en vous disant que les fadas d’Audio Design Sound sont déjà de retour.

 

Vous connaissez notre passion pour aller dénicher dans tous les coins qui existent, des trucs et des choses pas possibles pour nous écrier ensuite : nous avons trouvé quelque chose d’exceptionnel, voire hors norme !

 

Vous vous dites que ça y est, vu comme c’est parti, il vous nous refaire le coup…

 

Et bien oui et plutôt deux fois qu’une !

 

Parce que cette fois ci on a mis les bouchées doubles et ce sont deux appareils exceptionnels dont nous allons vous parler et qui vont devenir de vrais tubes (le jeu de mots était facile mais nous n’avons pas pu résister).

 

Vous aimez les belles amplifications à lampes ?

La haute fidélité haut de gamme, vous y croyez, mais ce n’est pas dans votre budget ?

Et bien, prenez une solide pause car nous allons vous parlez de deux réalisations superlatives qui vont faire un bien fou à votre porte-monnaie, en plus de vous ouvrir les portes désirées de la très haute musicalité !

 

Voilà maintenant plusieurs mois que nous faisons tourner sans discontinuer les amplificateurs intégrés TSAKIRIDIS AEOLOS et TSAKIRIDIS AEOLOS ULTRA.

Ces deux amplis à lampes en pushpull délivrent respectivement 2 X 20 W / 2 x 35 W pour l’AEOLOS et 2 x 35 / 2 x 70 W pour l’AEOLOS ULTRA.

Ces belles machines sont l’aboutissement de 25 années d’un travail acharné des frères Tsakiridis qui officient leurs talents en Grèce.

 

Le look avenant de ces deux amplificateurs présage bien de ce qu’il y a à l’intérieur. Car le plumage vaut bien le ramage. Et un tour de manège audiophile aux côtés de ces deux amplificateurs vont vous entraîner dans de bien intéressants tourbillons musicaux !

 

Tout d’abord, la qualité de fabrication est exemplaire. Tout est assemblé, monté à la main. En l’air comme l’on dit. Rien qu’à voir le diamètre des fils utilisés à l’intérieur de ces appareils, on peut constater que chez TSAKIRIDIS rien ne se fait au hasard et que cela ne plaisante pas.

Bornes HP WBT, volume ALPS, tubes d’origine Slovène et Russe de toute première qualité, tout respire le sérieux dans ce choix éclairé des composants.

 

De surcroît, chaque TSAKIRIDIS AEOLOS et AEOLOS ULTRA ne sort d’usine qu’après avoir tourné une centaine d’heures à minima.

Chaque lampe est choisie et se trouve apaîrée avec les autres, de sorte que chaque appareil livré est prêt à donner le meilleur de lui même dès la sortie de son carton.

 

A l’allumage de l’amplificateur, une lumière verte sympathique vous indique que l’appareil est en fonctionnement. Le chauffage des tubes va élégamment se mettre en place derrière une façade en plexiglas du plus bel effet avec des reflets orangés.

 

15 minutes de chauffe plus tard, vous avez un amplificateur prêt à répondre à toutes vos envies de mélomane, comme vous allez pouvoir le constater.

 

 

Une fois n’est pas coutume, nous allons passer tout d’abord le benjamin en revue, avant de mettre sur le grill son grand frère ensuite.

 

 

De façon préliminaire, vous êtes vous déjà posé la question de ce que serait pour vous la Haute Fidélité idéale ?

Alors bien sur, nous sommes certains que des réponses nombreuses viendront émailler la question posée. Et chacune de ces réponses sera toute aussi judicieuse que la précédente ou la suivante.

 

Mais nous pensons qu’une réponse devrait pouvoir faire consensus.

La Haute Fidélité est avant tout le fait de ne pas avoir à se poser la moindre question à l’écoute d’un appareil.

Pourquoi ?

Car à cette écoute, tout coule de source : tout est en place, bien timbré, très naturel, sans excès mais sans pudeurs sonores. Aucune fréquence ne vient en contradiction ou en sur-ajout avec les autres.

A cela, on peut ajouter la définition qui nous rapproche de la vraie vie. Les voix qui sont mélodieusement entendues, une intensité sonore qui sait capter notre attention. On se sent tout simplement bien dans notre écoute.

 

Le TSAKIRIDIS AEOLOS du haut de ses 1650,00 euros sait nous apporter tout cela et pas seulement. De la conviction et du brio, il en possède assurément. De la verve sonore et sa capacité à transcrire un enregistrement dans son intégralité même à bas niveau ne lui fait pas peur.

 

 

Mais c’est surtout son aptitude à retranscrire chaque message sonore avec une délicieuse définition qui en fait un appareil hors norme.

Quelle que puisse être le style musical que vous lui donnerez à jouer, le spectacle sonore qu’il va vous offrir est tout simplement réjouissant. Le TSAKIRIDIS AEOLOS saura vous apporter un orchestre symphonique dans chaque pièce d’écoute dans lequel il est placé, tout autant que de vous offrir en chair et en os, la voix de votre chanteur ou chanteuse préféré avec une hallucinante présence. Grain et matière au niveau des instruments, pupitrages sur les grands ensembles sonores, définition remarquable sur des enregistrements complexes. Rien ne peut le mettre en défaut.

Un vrai bonheur n’arrivant jamais seul, son amplification est suffisamment généreuse pour alimenter une bonne partie des enceintes acoustiques du marché sans faiblir. Son amplification en pushpull (2 X 20 W / 2 x 35 W) en mode triode ou pentode, va vous permettre d’obtenir un mariage sonore optimal avec vos enceintes.

Le seul risque que vous allez prendre en comparant un AEOLOS avec une autre amplification plus onéreuse c’est de toujours vouloir en revenir à l’AEOLOS en vous disant comment à ce prix une telle musicalité est possible…

 

Vous voulez quelques preuves ?

 

Prenons un enregistrement archi connu : « We Get Requests » d’Oscar Peterson Trio.

 

Voilà globalement un bel enregistrement qui est du plus bel effet à nos oreilles de mélomane. Mais que diriez-vous si vous pouviez bénéficier d’un supplément d’âme et de présence avec cet enregistrement mythique ?

Avec le TSAKIRIDIS AEOLOS, la contrebasse de Ray Brown affiche une présence déconcertante et apporte une perspective en matière sonore des plus réjouissante. La contrebasse descend non seulement bien bas mais sa définition par rapport aux autres instruments est parfaite, de sorte que la résonance naturelle de l’instrument y apparait de façon très crédible.

Du punch et de l’énergie à revendre, l’AEOLOS nous donne l’occasion d’écouter une musique à la fois bondissante et énergique à souhait pour nous transmettre une bonne humeur communicative. Le piano d’Oscar Peterson est à la fois vif et aérien. Il vient distiller ses notes avec toute la définition et le brio que nous attendons d’un tel enregistrement. Plus intéressant encore, les percussions d’Ed Thigpen nous apparaissent avec beaucoup de délicatesse et enveloppent musicalement le trio avec là aussi, une bien belle présence et une superbe définition.

 

Sur l’album « Think… It’s all good » de Dean PEER, les basses des guitares sont vraiment abyssales.

 

Cela descend non seulement très bas mais le message sonore est d’une propreté à couper le souffle. Et l’énergie déployée par l’AEOLOS ne peut être comparée qu’avec de grosses réalisations en termes d’amplification à transistor. Car, à bien considérer cette écoute, il y a certes cette chaleureuse rondeur propre à une amplification à lampe, mais sans toutefois tomber dans une quelconque tendance émolliente, bien au contraire.

 

Avec Lalo Schiffrin et son album « Jazz Meet Symphony », nous passons à l’écoute d’un grand ensemble musical et il est indéniable que l’AEOLOS sait apporter toute l ‘émotion nécessaire à nos oreilles.

 

 

Mais alors, le morceau « Blues in the Basement » est tout bonnement éblouissant ! La contrebasse de Lalo Schiffrin, nous transporte. Non, transperce notre cœur de mélomane. Quelle matière. Quel grain. Quelle présence. Et cette transmission de l’énergie de l’instrument nous place au plus près de l’artiste.

 

L’écoute de la symphonie du Nouveau Monde de DVORAK par Sir Georg Solti est là aussi un émerveillement sonore.

 

 

Outre que chaque groupe d’instruments se trouve bien à sa place, le pupitrage est à ce jour ce que nous avons entendu de mieux dans cette catégorie de prix. Une image sonore vaste et profonde se déploie devant nos oreilles et surtout, sonne particulièrement juste. Cet enregistrement que nous connaissons par cœur rend l’exercice d’une écoute d’autant plus redoutable que nous sommes capable d’en discerner toutes les inflexions et les subtilités. Et là, c’est le bonheur total.

Nous étions la première fois, tellement incrédules par cette écoute que nous avons voulu en avoir le cœur net en branchant une enceinte d’assez haut vol derrière. Et c’est ainsi que nous avons pu entendre un ampli à moins de 2000 euros fonctionner avec une SPATIAL Triode Master à 6000 euros.

Et alors ?

Tout simplement magique !

 

Mais à ce stade de ce banc d’essai, vous allez nous dire : à quoi bon alors nous parler du grand frère, puisque à vous lire tout est déjà parfait ?

 

Bah non !

 

Le grand frère, comment dire. C’est du lourd. Du très lourd même.

 

2890 euros la bestiole. Et on se demande comment Tsakiridis a été capable de nous offrir un tel monument sonore à ce prix.

 

Nous aimons beaucoup l’AEOLOS. Mais nous sommes subjugués par l’AEOLOS ULTRA.

 

 

Avant de vous en décrire ses qualités, autant vous dire que nous l’avons confronté à de bien jolies choses : des amplifications jusqu’à dix fois plus chères qui se sont fait gentiment dézinguées ; des valeurs sures… bah qui n’étaient plus aussi sures après les écoutes.

Celui là, nous pouvons vous dire que nous l’avons testé par tous les bouts. Jusqu’à jeter un œil à l’intérieur pour savoir s’il n’y avait pas un brin de vaudou…

 

En un mot : grandiose.

 

Le son qui sort de l’AEOLOS ULTRA est tout simplement irrésistible.

Une beauté sonore que nous n’avons jamais eu l’occasion d’entendre du haut de nos 40 années d’expériences audiophiles à ce niveau de prix.

Dynamique et mesuré. Chaleureux et rigoureux. Rond et tranchant comme un rasoir. Naturel et capable d’envolées sonores délicieuses. Fin et délicat comme enjoué et tempétueux.

 

Ecouter un orchestre symphonique ou un grand ensemble est tout simplement jouissif.

Le premier mouvement de la 5ème symphonie de Mahler par Riccardo Chailly apporte cette fraîcheur et cette spontanéité que l’on ressent bien souvent au concert. Les tutti sont grandioses et l’holographie généreuse est bien proportionnée.

 

L’énergie déployée est en tout point conforme à ce qu’il est possible d’entendre dans une salle de concert. Et les timbres sont de toute beauté.

 

Dans « Spirit Of The American Range », là aussi, le spectacle est total. La rutilance des cuivres et des percussions au fond de l’orchestre est parfaitement maîtrisée et restituée avec une énergie qui est parfaitement ressentie dans la pièce d’écoute.

 

 

Les « Tableaux d’une exposition » de Modeste Moussorgsky par James LEVINE est tout aussi éblouissant.

 

Le déferlement sonore de l’orchestration dite Ravel, nous apporte un spectacle grandeur nature sans que l’AEOLOS ULTRA ne sourcille un moindre instant d’hésitation. Tout est parfaitement bien tenu et l’ensemble symphonique respire de bien belle manière, de sorte à nous offrir un espace musical ample et profond.

 

L’album « Ain’t Necessarily So » d’Andy BEY apporte juste ce qu’il faut de présence et de fraicheur sonore. Il y a beaucoup d’air qui circule dans cet enregistrement en Live, et les bruits de la salle en arrière-champ nous permettent de percevoir avec réalisme des dimensions de la salle et la qualité de la prise de son.

 

Prenez l’un des deux albums de London Grammar et laissez vous plonger dans une ambiance chaleureusement réverbérante.

 

Avec l’AEOLOS ULTRA, la voix d’Hannah Reid affiche une chaleur vocale et une présence que l’on rencontre généralement sur des amplifications bien plus onéreuses. Et les infra graves sont restitués ici avec toute l’énergie qu’il sied à ces superbes enregistrements.

 

« Live à Fip » d’Hadouk Trio est un album que les professionnels que nous sommes utilisons souvent du fait de la démonstration sonore superlative qu’il est capable d’offrir.

 

 

Il faut reconnaître toutefois qu’il a les défauts de ses avantages. Dans « Barca Solaris », il faut avouer que le synthétiseur prend beaucoup de place, jusqu’à parfois en prendre d’ailleurs un peu trop. Le doudouk, du fait de ses harmoniques complexes, a tendance à se trouver projeté souvent trop en avant. Cela est certes flatteur, mais peu conforme à l’acoustique fabuleuse du studio Fip.

Avec l’AEOLOS ULTRA, ces inconvénients disparaissent. Certes, la présence du synthé se fait bien sentir mais se retrouve placé dans une perspective sonore plus large et mieux équilibrée, tout comme le doudouk. On gagne ainsi en sérénité et en naturel d’écoute, ce qui contribue à mieux s’immerger, sans fatigue, dans ce bel enregistrement.

 

 

Nous pourrions ainsi multiplier ces écoutes musicales à l’infinie.

Car l’AEOLOS ULTRA est aussi très polyvalent, en rendant particulièrement grâce à tous les enregistrements. Sa générosité sonore n’égale que sa capacité à apporter un équilibre tonal plutôt rare pour son prix.

 

Des « comme lui », à son prix, vous n’en trouverez probablement pas beaucoup d’autres. Pas plus que son petit frère de surcroît.

 

Mais une fois encore, plutôt que de nous croire sur parole, pourquoi ne viendriez-vous pas nous voir pour les écouter ?

Et peut-être qu’à cette occasion, le club de fadas va faire de nouveaux adeptes, qui sait ?

 

Au plaisir de vous rencontrer bientôt.

 

 

 

 

 

4 Commentaires
  • Guillaume Vettu | Mai 15, 2019 at 16 h 11 min

    Test commentaire GV

  • Guillaume Vettu | Mai 15, 2019 at 17 h 51 min

    Test de commentaire

  • Marques pascal | Juin 19, 2019 at 9 h 18 min

    Bonjour pensez vous qu avec aleos les mulidines cadence ++ serai musical

    • L’équipe d’Audio Design Sound | Juin 20, 2019 at 21 h 34 min

      Bonsoir,

      Oui, l’association entre Tsakiridis et Mulidine fonctionne plutôt bien.

      Et surtout n’hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions vous faire une proposition tarifaire privilégiée sur Tsakiridis si vous êtes intéressé (notre n° : 07 68 44 76 02).
      Bien cordialement,
      L’équipe D’Audio Design Sound

Poster un commentaire